Fauve # 3 : Atelier du Thé

L’Atelier du Thé, c’est le beau projet de Lauren qui vaut vraiment d’être connu – dont je vous avais brièvement parlé – ici. Elle aspire à partager sa passion, son savoir & ses découvertes en toute humilité, en plaçant la dégustation, la culture, l’histoire, l’actualit(h)é & l’échange au cœur de ses ateliers. Alors, telle une journaliste, elle les construit avec beaucoup de passion et une étonnante précision. Et pour toutes ces raisons,  c’est un format différent de tous les cours, modules et ateliers que j’ai pu tester à ce jour – dans un cadre chaleureux & atypique – le Café Fauve.  Alors voilà, après Fauve # 2 sur le thème « Le Thé : Offrande & Partage à travers le Monde. » – en Février (dont vous pouvez retrouver l’article de Lucie @ The Cup of Dream – ici), j’ai participé à Fauve # 3 « Thé Noirs : Terroirs Emblématiques & Origines Rares ». Si j’avais été totalement emballée par le 1er atelier, le 2ème m’a tout simplement impressionné. En 2h – c’est donc 17 thés soit 7 dégustations comparatives que nous avons enchaînés. Allez, laissez-moi vous embarquer pour un e-tour et vous comprendrez vite pourquoi ces ateliers valent tant à être connus.

Notez que pour l’occasion, Céline Moret – fondatrice du Café Fauve ainsi que du site A L’Unithé, s’est jointe à nous. Retrouvez le très beau portrait que le magazine Fractale a dressé d’elle – ici. Autant dire qu’elle en impose du haut de ses 26 ans !

Dégustation (1): Géorgie vs. Iran 

Tant du point de vue de la consommation que de la production, le Thé est ancré dans ces 2 cultures. Pour autant, il s’agit principalement de petites productions familiales, pour le coup assez irrégulières. Cette dégustation a permis d’assurer une belle continuité avec Fauve# 2 où Lauren avait abordé le thème de l’hospitalité en commençant par nous faire déguster un beau thé d’Iran.

A noter que j’ai pu découvrir What Cha dont j’avais pas mal entendu parler sans pour autant m’y intéresser de plus près. Et c’est bien dommage car ce site de vente en ligne a une double approche que j’aime beaucoup, placée sous le signe de la découverte. Pour commencer, il est possible de commander de petits conditionnements – à partir de 10g. Puis, il ne se limite pas aux principaux pays producteurs. Qu’il s’agisse de la Géorgie, de la Birmanie, de l’Indonésie, des Açores, de l’Azerbaïdjan et bien d’autres – tous figurent au catalogue. Nul doute qu’une telle approche est le fruit d’une expérience personnelle 🙂

Dégustation (2) : Chine 

Dégustation (3) : Triangle d’Or (Laos/Thaïlande/Indonésie)

La démarche du Triangle d’Or fut motivée par la simple volonté de se positionner sur un marché en pleine croissance. La Thaïlande fut alors le 1er pays du Triangle d’Or à passer à l’action. Dans son cas, il s’agissait avant tout d’un moyen de contrecarrer la production & la consommation d’Opium. Du coup, depuis 1970 – la production de thé est sponsorisée par l’état, dans le cadre du Projet Royal. Ce fut donc l’occasion de faire un véritable effort de traçabilité que d’autres grands pays producteurs peinent encore à mettre en place. A noter que l’on peut y trouver des cultivars de Taiwan – comme dans le cas de la Nouvelle-Zélande. Vous rappelez-vous ma Dégustation Thés & Fromages au Parti du Thé ? J’y avais alors dégusté un superbe Oriental Beauty/Bai Hao Oolong – produit en Thaïlande, par des producteurs Taïwanais. Si vous appréciez l’Oriental Beauty, alors vous savez que l’exceptionnel a un coût. Figurez-vous qu’il est moins cher s’il a été produit en Thaïlande soit 9.95€ les 50g – dans le cas du Parti du Thé. A bon entendeur 🙂 Le Laos  est quant à lui passé à l’action en 1980. Pour faire suite à l’échec du communisme, le pays a du se réinventer. Enfin, ce fut le tour de la Birmanie  – en 1990, où la production de Thé est 4 fois plus destinée à être mangée et roulée dans des feuilles de bambou – qu’à être bue.

Dégustation (4) : Nouvelle Zélande vs. Taiwan

Dans le cas de la Nouvelle-Zélande, la production remonte au milieu des années 90, avec l’arrivée des Chinois & des Taïwanais. Du coup, on peut y trouver des cultivars Taïwanais voire même Japonais ! Les théiers sont jeunes et le temps doit encore faire son travail, mais les débuts sont prometteurs. Pour ma part, l’équipe de T2 Tea m’en avait parlé avec tant de passion, lors de mon passage à la boutique de Kingston (UK), que j’avais véritablement hâte de le déguster. Mais après un superbe teasing, il n’était finalement pas disponible à la dégustation. Alors, j’étais ravie de découvrir celui que Lauren nous avait ramené – pour le coup de Dammann Frères

Pour ce qui est de Taiwan, j’ai eu beaucoup de plaisir à le déguster – car le travail du Thé y est abordé avec une notion d’art qui se reflète si bien en tasse. Ce fut également l’occasion de m’initier à Taiwan Tea Craft. Jusque là, je m’étais contentée d’en e-déguster grâce aux nombreux retours de dégustation qu’Ysaure partage si bien sur son Blog Thévangéliste. J’en profite pour vous inviter à y jeter un coup, c’est pointu avec un petit twist d’originalité… un véritable plaisir !

Dégustation (5) : Japons vs. Corée

Dans le cas du Japon, tout remonte à la 1ère Guerre Mondiale. Le Japon avait alors profité des restrictions imposées à l’Inde pour commencer à travailler le thé noir. Contrairement à la Thaïlande ou la Nouvelle-Zélande, il ne s’agit pas du même Cultivar  – mais d’un croisement de graines d’Assam & de Darjeeling. Et le résultat est pour le moins surprenant, mais d’une beauté semblable aux thés verts Japonais, dont on retrouve véritablement la finesse du travail. Quant à ce Jukro de Corée, il n’en finit pas de m’émouvoir. Je l’avais dégusté chez Estelle de Volutes Tea, et le coup de cœur avait alors commencé à germer. Mais là – le coup de cœur s’est confirmé. Entre vous & moi – j’ai craqué et je m’en suis offert 50g. J’ai maintenant hâte de déguster le Jejudo Imperial, le Woojeong et l’Uricha Hadong afin d’approfondir ma connaissance des thés coréens… même s’il ne s’agit pas nécessairement de thés noirs 🙂

Dégustation (6) : Afrique

Dans le cas de l’Afrique, la notion sociale est très présente, car les acteurs du marché du thé aspirent à promouvoir les petits producteurs. au travers d’un engagement éthique & social. La volonté est telle que les gouvernements recherchent activement des financements. Des maisons telles que Cape and Cape aspirent elles aussi à soutenir cette démarche car le potentiel est bien là. Du coup, je vous conseille vivement de scruter l’actualit(h)é de cette maison – car les nouveaux arrivages promettent une belle diversité que j’ai hâte de découvrir. En attendant, vous pouvez retrouver mes articles 1/2.

Dégustation (7) : Inde

Et j’ai eu un énorme coup de cœur pour le Nilgiri Chamraj 🙂

Voilà donc pour cet e-tour. J’espère que votre palais n’a pas trop e-saturé 🙂

Allez – voici les prochaines dates et j’espère bien vous y croiser !

  • Fauve # 4 – Atelier du 27 Avril 2016 sur le thème  » Darjeeling : Un terroir en constante mutation »
    Horaire : 19h30-21h30/ Coût : 35€/ Inscription : ici
  • Fauve # 5 – Atelier du 25 Mai 2016 sur le thème « Thés parfumés : de la tradition à l’aromatisation moderne »
    Horaire : 19h30-21h30/ Coût : 25€/ Inscription : ici

Restez connect(h)és… je travaillerai prochainement à un portrait de Lauren !

Alors, qu’en pensez-vous ?
… Comptez-vous vous inscrire au prochain atelier ?

A très vite.

Salutations théinées,

Addie.

8 commentaires

  1. Zoe

    Ca donne envie 😉

    Bisous !

Trackbacks for this post

  1. Art Paris Art Fair - Thé + Toi
  2. Lauren Pascault @ Atelier du Thé - Thé + Toi
  3. La Terre, le Feu, l'Esprit @ Grand Palais - Thé + Toi
  4. Tea Time @ Kosyuen (Paris) - Thé + Toi
  5. Que faire à la rentrée ??? (1/2) - Thé + Toi
  6. Belle Année 2017 !!! - Thé + Toi

Laisser un commentaire