NEW Expositions @ Paris (2)

Bonjour BONJOUR,

Ma sélection de la semaine dernière vous a-t-elle inspirés ? Il est temps pour moi de vous dévoiler la suite du programme 😉

© Vincent Perez

© Vincent Perez

Vincent Perez – Identités
« Je suis suisse, enfant d’émigrés, d’un père espagnol et d’une mère allemande. La France est le pays où j’ai le plus vécu. Ma femme est née à Dakar d’une mère bretonne et d’un père sénégalais. Nos enfants sont un mélange de ces cinq pays. Eux se sentent français et sénégalais. Moi je ne sais pas. Je suis ce mélange culturel. Je me sens européen. Je me sens citoyen du monde.

Mais quelle est mon identité culturelle ? J’envie ceux qui sont rattachés à une appartenance claire et forte et en même temps j’aime être en dehors de tout, comme si cela me permettait de m’immerger et d’absorber naturellement nos différences. Quand Jean-Luc Monterosso m’a fait l’honneur de m’inviter à la Maison Européenne de la Photographie, j’ai décidé d’accomplir un travail fait pour cette occasion, autour de la thématique identitaire. »
* © Vincent Perez

… Rendez-vous !!! Notez que Vincent Perez y dédicacera son coffret « Les Parisiens » – le Mardi 11 Mars, de 16h à 18h.

© BoSTUDIO. Photo by Ma Xiaochun

© BoSTUDIO. Photo by Ma Xiaochun

Gao Bo – Les Offrandes

« Artiste né en 1964 dans la province du Sichuan en Chine, Gao Bo vit et travaille à Pékin. Depuis plus de trente ans, Gao Bo modèle son oeuvre, aux frontières de la photographie, de l’installation et de la performance.

Il découvre sa vocation après un premier voyage au Tibet en 1985, où il réalise une série de portraits d’un classicisme et d’une maîtrise saisissants. Intrigué par cet ailleurs, confronté à une altérité dans laquelle il décèle instantanément une profonde familiarité, Gao Bo retourne plusieurs fois au Tibet au cours des années 1980 et 1990. Il immortalise les rites millénaires des moines bouddhistes, la vie quotidienne d’un peuple empreint de spiritualité, dans ce paysage minéral et grandiose, entre ciel et terre. Très vite, nourri autant des préceptes de Marcel Duchamp que de la pensée de Lao Tseu, Gao Bo ressent les limites de sa pratique photographique et entame un processus de questionnement et de réinvention autour de son travail. Utilisant le matériel photographique produit au cours de ses premiers voyages au Tibet, il reprend ses tirages et les recouvre d’encre, de peinture et de son propre sang.

Au fil des années, les interventions de l’artiste sur les photographies se font de plus en plus extrêmes et flirtent avec la performance, allant jusqu’à recouvrir de peinture noire des tirages monumentaux, ou à brûler entièrement une série de portraits de condamnés à mort pour en récolter les cendres. Gao Bo n’a de cesse de repousser les limites du medium photographique, questionnant la disparition, la trace et le renouveau possible à travers un processus créatif aux frontières de la destruction. La Maison Européenne de la Photographie consacre une grande rétrospective du travail de Gao Bo, des premières photographies tibétaines aux installations les plus récentes, la plupart présentées pour la première fois en Europe. Cette exposition met en lumière les thèmes chers à l’artiste et s’attache à révéler les spécificités de sa démarche, mêlant cheminement conceptuel et recherche plastique. »
* © Maison Européenne de la Photographie

© Jean-Yves Cousseau

© Jean-Yves Cousseau

Jean-Yves Cousseau – Dans la Nuit, la Matière…

« Jean Yves Cousseau a entrepris depuis de nombreuses années une démarche artistique liée à la photographie et expérimente d’autres supports et modes d’expression tels que la vidéo ou les installations. Son écriture personnelle de photographe n’est pas tant dans le sujet et la représentation ou l’instantanéité que dans l’altération de l’œuvre photographique elle-même.

Devenue une des bases de son travail de création, il soumet ses photographies à des séjours dans l’eau, à la lumière du jour et de la nuit, aux intempéries, les faisant virer d’états en états successifs, modifiées par des dépôts organiques et par des phénomènes chimiques. Le temps vient alors poser son empreinte et charger l’œuvre d’une nouvelle mémoire. Comme un peintre viendrait charger sa toile, reprendre son travail, dans la recherche inlassable de la maîtrise de l’aléatoire, d’un aboutissement accepté, Cousseau dit vouloir que ses « images connaissent des métamorphoses qui les libèrent de leur terrible fixité. Que la photographie qui toujours parle au passé – cela a été – s’expose aux vicissitudes du présent ». »
* © Maison Européenne de la Photographie

© Max Pam. Collection Maison Européenne de la Photographie, Paris. Don de Bernard Plossu

© Max Pam. Collection Maison Européenne de la Photographie, Paris. Don de Bernard Plossu

Les Rencontres de Bernard Plossu – La Collection d’un Photographe »

« Bernard Plossu aime passionnément la photographie, les voyages et les rencontres. Depuis la fin des années 1960, à Paris, au Mexique, aux Etats-Unis, lors de nombreux voyages et séjours autour du monde, en Italie, en Espagne, en Belgique notamment, et partout en France, il a rencontré un très grand nombre de “collègues“ photographes et constitué ainsi une collection de 1 200 tirages environ, réalisés par plus de 600 auteurs de tous horizons.

Bernard Plossu a fait don de l’ensemble de sa collection à la Maison Européenne de la Photographie en février 2016. Cet accrochage présente une sélection de 160 tirages environ, représentatifs de cet ensemble. »
* © Maison Européenne de la Photographie

… Et le Tea Time dans tout ça ? Pour commencer, il vous suffit de vous rendre à la nouvelle boutique Cape and Cape House – pour un Tea Time… So African, et en toute simplicité – au 12 Rue de Fourcy (4ème arr./Paris), au Loir dans la Théière – au 3 Rue des Rosiers (4ème arr./Paris), La Tasse du Marais – au 26 Rue Charlot (3ème arr./Paris), Mariage Frères – au 30 Rue du Bourg Tibourg (4ème arr./Paris). Carette – au 25 Place des Vosges (3ème arr./Paris), ou Alma Chimney Cake – au 59 Boulevard Beaumarchais (3ème arr./Paris).

Sur ce, je vous laisse vous atteler à la planification de vos prochaines sorties 🙂

… Et restez connect(h)és car la suite paraîtra dans les prochaines semaines 😉

Salutations théinées,

Addie. 

Laisser un commentaire