Retour sur Hanami @ Jardin d’Acclimatation

Je vous en avais parlé du fameux week-end Hanami organisé par le Jardin – les 23/24 Avril, et je l’attendais avec beaucoup d’impatience. Il ne me restait plus qu’à trouver le temps d’y aller, Mon Agenda est pour le moins chargé en ce moment – entre les sorties Tea Time et Hanami. Y ai-je moins prêté attention en 2015 – sûrement ! Mais je peux vous garantir que le monde du Thé a fêté Hanami comme il se doit – de Jugetsudo – et son Sakura Matsuri , aux Thés de la Pagode – et son Printemps du Thé à la Gare de Lyon, en passant par Lupicia – et ses dégustations en boutique sur le thème d’Hanami.

… Allez, vous savez que j’aime à cultiver mes séances de rattrapage et à vous embarquer pour un e-tour… vous me suivez ? 

C’est sur fond de décollage très matinal que je m’y suis rendue afin d’entamer ma journée sur une note follement Hanami – en m’en imprégner dès l’ouverture et sans le monde. Une fois arrivée, un balisage délicatement floral m’a indiqué le chemin vers le cœur de l’événement. Une fois les attractions passées, j’ai donc commencé ma découverte par une série de panneaux d’introduction à la culture japonaise. Ici, je préfère retranscrire le contenu exact de quelques uns de ces panneaux rédigé par l’équipe en charge de l’événement.

  • KYOTO/Superficie de 827 Km² : Kyoto (litt. « ville capitale ») fut de 794 à 1868 la capitale impériale du Japon. L’avènement du shogunat (« dirigeant ») Tokugawa en 1600 fit perdre à Kyoto son rôle de centre politique et administratif au profit d’Edo (Tokyo), devenu lieu de résidence des shoguns. Avec 2000 temples, ses palais, ses jardins et son architecture, Kyoto est considérée comme le centre culturel du Japon.
    * (Texte par Le Jardin d’Acclimation)
  • OSAKA/11, 32 millions d’habitants : Osaka est la troisième ville du Japon et le chef-lieu de la préfécture du même nom. Avec un PIB de 240 milliards d’euros, la région du Keihanshin (Osaka, Kyoto et Kobe) est l’une des plus productives du monde.
    * (Texte par Le Jardin d’Acclimation)
  • SOURCES CHAUDES/Quand les volcans du Japon sont sources de bien-être : Véritables institutions au Japon, les Onsen (litt. « source chaude ») sont des bains d’eaux de sources volcaniques, naturellement chaudes. Les Onsen existent au Japon depuis l’antiquité. Les moines bouddhistes ont très tôt utilisé ces sources d’eau chaude comme traitement médical mais aussi comme un élément des rites de purification. 2300 Onsen sont disséminés sur l’ensemble du territoire. Le plus ancien est le Dogo Onsen, situé dans la préfécture d’Ehime et vieux de 3000 ans. Lieux de détente et de convivialité, les Onsen peuvent être aménagés en intérieur (« notenburo ») ou en extérieur (« rotenburo ») face à un paysage préservé, ces derniers étant les plus prisés. Réputés pour leurs vertus thérapeutiques, 64 Onsen ont un agrément du Ministère de la Santé pour prodiguer des traitements médicaux.
    * (Texte par Le Jardin d’Acclimation)
  • TERRE CUITE : Cérémonie du thé, arrangement floral, arts de la table, elles sont au cœur de la culture Japonaise. Yakimono (litt. « chose cuit ») est la céramique japonaise. L’apparition des poteries au Japon remonte à la période néolithique, plus de 11 000 ans av. J.C. : elles seraient parmi les premières réalisées au monde. Pendant l’Antiquité japonaise, des jarres culturelles ou des statuettes servaient aux rites funéraires religieux. De nos jours, les céramiques font la une des publications d’avant-garde d’Intérieur et de Design : elles n’ont jamais quitté la vie quotidienne des japonais.
    * (Texte par Le Jardin d’Acclimation)
  • VOIE DE L’ARC : L’objectif n’est pas la victoire obtenue au combat mais la victoire permanente sur soi-même. Le kyudo (litt. « la voie de l’arc ») est la pratique de l’archerie traditionnelle japonaise. Il se distingue des autres arts martiaux plus connus (kendo, judo, karaté, aïkido…) par le fait qu’on n’y combat aucun adversaire. Le principe consiste à percer une feuille de papier servant de cible, avec un minimum de tension musculaire et un maximum d’énergie spirituelle (ki). Le pratiquant du Kyudo doit maîtriser son corps et son esprit. Le tir parfait sera non seulement précis, mais aussi empreint de dignité et d’esthétique, dimensions fondamentales de la pratique du Kyudo.
    * (Texte par Le Jardin d’Acclimation)
  • NOUILLES : Un musée de 10 000 m², 300 000 échoppes, des milliards de bols vendus chaque année… Les Soba (litt. « sarrasin ») sont apparues au Japon au XVIIIème siècle. Elles sont, avec les Udon et les Ramen, les pâtes les plus consommées au Japon. On les prépare avec de la farine de sarrasin mélangée à l’eau.  La pâte est ensuite étalée sur une plaque et tranchée en fines lamelles d’un à deux millimètres de largeur. Ces pâtes brunes atteignent environ une vingtaine de centimètres de longueur. On les plonge ensuite dans l’eau bouillante, comme on le fait pour les pâtes européennes. Les soba sont appréciées froides ou dans un bol rempli de « tsuyu » chaud (mélange de bouillon de dashi – extrait d’algues et de bonite séchée, de « mirin » – saké très doux, et de « kaeshi » – sauce soja sucrée).
    * (Texte par Le Jardin d’Acclimation)

Puis, j’ai pu découvrir l’allée de stands finalisant tout juste leur installation – tout comme les différents points d’animation. Tout ce petit monde s’est activé au fur et à mesure que les visiteurs arrivaient, et le doux parfum des cerisiers s’est progressivement estompé pour laisser place aux délicieuses effluves de Dorayaki – de Tomo. Les queues ont commencé à se former et c’est le sucré qui a donné le ton car il était tout de même tôt pour s’attaquer pour s’attaquer au salé.

J’ai donc marqué 4 escales :

… (Pâtisserie) Escale (1) Tomo/11 Rue Chabanais (9ème arr./Paris)
* Ouverture de la boutique prévue courant Juillet

Vous rappelez-vous de l’engouement soudain dont j’avais pu être témoin – lors de mon passage chez Walaku, suite à la sortie du film « Les Délices de Tokyo » ? Depuis, je ne vous cache pas qu’il me tardait de pouvoir en déguster un – à mon tour.

J’avais certes trouvé cette recette en images – d’Esther @ Koedo, mais je n’avais pas encore trouvé le temps de m’y attaquer.

J’étais donc ravie de découvrir Tomo, une pâtisserie Franco-Nippone spécialisée en Dorayakis, dont le Chef a fait ses classes aux côtés de Murata Takanori @ Walaku. J’ai donc pu assister à la réalisation de Dorayakis – sous mes yeux, et poser quelques questions – avant d’en déguster un c.à.d. mon tout 1er. J’en ai également profité pour déguster un Sencha Yuzu de Jugetsudo – froid. Le tout était simplement délicieux et doublement savoureux après avoir assister à sa réalisation. Vous l’aurez donc deviné, je ne manquerai pas de me rendre à la boutique Tomo – une fois qu’elle sera ouverte.

… (Voyage) Escale (2) Japan Travel

S’il y a bien un projet que j’aspire à concrétiser un jour, c’est de découvrir le Japon du Thé. J’ai beau avoir effectué de nombreuses recherches, je n’ai jamais pu trouvé le format souhaité. Du coup, j’en ai profité pour interroger Céline, de Japan Travel – à ce sujet, et tout simplement comprendre leur activité. Et je suis ravie d’avoir pu m’entretenir avec elle – car j’ai pu découvrir une plateforme de conseil & d’aide à l’organisation de voyages au Japon – centrée sur une expérience 100% locale & authentique. Complète – de par ses nombreux articles & intuitive – de par son format, je pense qu’elle me sera très utile lorsque ce projet sera en bonne voie de concrétisation.

… (Thé) Escale (3) Lupicia/40 Rue Bonaparte (6ème arr./Paris) 

J’avais prévu de me rendre à la dégustation Hanami que Lupicia organisait en boutique, mais javais finalement manqué de temps. J’avais donc hâte de pouvoir déguster la gamme de thés à Cerise proposée par Lupicia, et je ne suis pas mécontente de l’expérience. Ma dégustation s’est limitée au Cerisier Vert, dont j’ai apprécié le gourmand de la liqueur et la fraîcheur de l’attaque fruitée/pêche s’atténuant progressivement pour révéler les notes herbacées puis florales/fleur de cerisier – en longueur.

… (Céramique) Escale (4) Sophie Gallé-Soas

Mon intérêt pour la Céramique est né de ma rencontre avec Carolina Léon Firrell – il y a maintenant 5 ans, mais c’est à Jing de Zhen que mon intérêt a pris un nouveau tournant. J’avais alors pu assister à tout la chaîne de fabrication avant de me rendre au Centre Pédagogique de Porcelaine. Depuis, j’aime à prendre le temps d’apprécier la beauté, la finesse et le travail propre à chaque objet – ainsi que leur émotion.

C’est cette même émotion qui m’a interpellée avant de me toucher dans les créations exposées par Sophie Gallé-Soas. La beauté, la douceur, la légèreté et la naturalité s’en dégageant étaient telles, que c’en était une simple invitation au bien-être. J’ai donc eu la chance de m’entretenir avec Sophie, afin d’en savoir plus sur son itinéraire de céramiste. Tout a commencé lorsqu’elle & son mari – Christophe, sont partis vivre un an au Japon – non loin de 2 villes réputées pour la poterie – Kasama & Mashiko. Alors fascinée par la relation & la philosophie amenant les japonais à porter un regard singulier, simple, spirituel – presque émotionnel, sur la céramique – en harmonie avec la nature, elle décide donc de se lancer dans l’apprentissage des techniques propres à la céramique avant de monter son propre atelier. Si les créations de Sophie sont empreintes d’une telle naturalité, c’est lié à la matière première qu’elle a décidé de travailler – le grès d’Irak des établissement Bermann  c.à.d. le seul fabricant de terres à Paris. Géologue, Christophe s’est quant à lui initié à la création d’émaux, et les teintes sont le fruit des sa collaboration avec Sophie.

Touchée par l’une des ses créations – en particulier, j’ai donc décidé de l’acquérir afin de compléter ma petite collection d’objets ramenés de Jing de Zhen, me permettant si bien de replonger dans l’intemporalité d’un moment Thé.

Points de vente/Vous pouvez retrouver les créations de Sophie chez :

  • Rouge Grenade – au 85 bis rue de Bagnolet (20ème arr./Paris)
  • À ma table – au 72 rue des Martyrs (9ème arr./Paris)

Événement/Du 17 au 22 Mai, vous pouvez également la retrouver à l’Atelier Champsecret – au 49, rue de la cour des Noues (20ème arr./Paris), dans le cadre d’Expodesign – un collectif de 9 créateurs.

Je dois vous avouer que c’est la plus belle rencontre que j’ai pu faire lors de cet événement, et je tiens à remercier Sophie pour le temps qu’elle m’a si gentiment consacré.

C’est donc sur cette belle note que j’ai filé, et j’espère que vous avez apprécié cet e-tour, au cas où vous n’auriez pas pu vous y rendre, ou encore vous arrêter sur les les mêmes stands.

Si vous avez pu vous y rendre, n’hésitez pas à partager votre retour d’expérience.

Salutaions théinées,

Addie. 

5 commentaires

  1. Je veux ça en Province ! ( je ne sais pas si mon commentaire est passé ^^ )

    XOXO LOVE

    Anthony & Noémie, blogueurs amoureux et facétieux sur notrecarnetdaventures.com

    • Addie

      Ah oui, comme je te comprends. C’était très sympa.
      J’espère qu’il y aura une édition en 2017. Si oui, on pourra peut-être y aller ensemble 🙂
      @ très vite 😉

Trackbacks for this post

  1. NEW Ouvertures de Salons de Thé @ Paris - Thé + Toi
  2. Rencontre @ TOMO Pâtisserie - Thé + Toi
  3. Evénements @ Mars - Thé + Toi

Laisser un commentaire