Jardins d’Orient @ Institut du Monde Arabe

Bonjour BONJOUR,

Je vous avais parlé de l’exposition Jardins d’Orient – d’ l’Alahambra au Taj Mahal, à l’Institut du Monde Arabe, et je n’ai pas manqué de m’y rendre – à mon tour. Telle une douce escapade éducative, je me suis plongée l’espace de 2h belles heures dans cette exposition, remontant l’histoire des Jardins d’Orient, des origines, aux évolutions & innovations – de la péninsule ibérique au sous-continent indien, de l’antiquité à nos jours. Si vous n’avez pas encore eu l’occasion de vous y rendre, j’espère que ce bref récit de ma visite suffira à vous motiver 😉 Et notez qu’une série d’activités autour de l’exposition sont prévues –  actuellement & très prochainement.

… Allez, vous me suivez ?

« Saviez-vous que la tulipe, bien avant de devenir un emblème des Pays-Bas, était celui des sultans ottomans ? Que le parc public est une innovation récente en Orient ? Et qu’il est aujourd’hui à la pointe des projets de développement durable de mégalopoles du monde arabe ? Saviez-vous que dans une des anciennes langues de la Perse, le mot jardin, pairi-daeza, a donné… paradis ? »
* Source : Institut du Monde Arabe

Escale (1) – L’Exposition

Je ne vais pas vous la résumer, car ce serait bien trop facile 😉 Vous avez tout de même jusqu’au 25 Septembre vous vous y  rendre ! Mais, j’en retiens un cheminemet fluide m’ayant amenée à découvrir la réflexion ainsi que la complexité propres à la création, l’élaboration puis la réalisation des Jardins d’Orient – depuis 6000 ans, au travers des innovations, des évolutions, des croyances & des influences définissant une empreinte sociale, environnementale & singulière de l’Alhambra au Taj Mahal, en passant par Majorelle.

Si le Jardin d’Orient comme reflet terrestre du Paradis a su traverser les siècles, il en va de même pour les notions de  luxe, de calme & de volupté – visant à créer, assurer & préserver la quiétude, le raffinement & le confort nécessaires à la contemplation & la jouissance souhaitées. Au delà de ce fascinant retour aux origines, j’ai également apprécié les exemples de fascination réciproque entre l’Orient & l’Occident – partageant l’Art du Jardin et sa quête universelle d’une nature idéale, ainsi que le pont avec la modernité visant à renouer avec un équilibre fondamental par l’homme & pour l’homme au travers de 3 documentaires :  » Pourquoi préserver la nature en ville ? », « De l’importance des jardins dans les grandes villes d’aujourd’hui » & « Le Jardinable ».

J’en ai déjà trop dit 😉 Et qu’en est-il du Thé dans tout ça ?… J’y viens 🙂

Escale (2) – Découverte des Arômes de l’Orient (avec Palais des Thés) : J’ai ensuite rejoint Gradya, Catherine & sa petite famille, afin de participer à l’atelier/découverte organisé par Palais des Thés autour des arômes de l’Orient. Nous avons ainsi pu déguster 3 créations que je n’avais pas encore eu l’occasion de savourer : Jardin Oriental (chaud), Jardin Suspendu (froid) & Jardin de Paradis (froid/cocktail Abricot-Orange) soit les 3 infusions retenues par l’IMA. Nous avons donc entamé notre dégustation par des notes fruitées, gourmandes & épicées – au travers des dattes/de la noix de coco/des épices – pour Jardin Oriental. Puis, nous sommes partis à la découverte de notes florales, zestées & fruitées – au travers de l’hibiscus/de la bergamote/de la mangue – pour Jardin Suspendu, avant de terminer sur des notes fruitées – au travers de l’ananas/de la feuille de mûrier – pour Jardin de Paradis. Si j’ai aimé la délicatesse de chacune des ces infusions, je n’ai pas eu de coup de coeur. J’ai tout de même apprécié la démarche d’amener les visiteurs à progressivement ouvrir leurs sens – tout au long de l’exposition, come une passerelle entre la partie (1) & la partie (2) de l’exposition.

A noter : Pour ce qui est de la préparation à froid, comptez 8g pour 0.5L et laissez infuser pendant 1h à température ambiante.

Escale (3) – La Terrasse Panoramique & Tea Time @ Noura : Si Gradya & moi espérions goûter à un Tea Time… So Oriental « sur le pouce » au Zyriab, ça n’a malheureusement pas été possible. Nous avons donc profité de la terrasse panoramique de l’IMA et de sa vue imprenable sur tout Paris, avant de redescendre au Noura, afin de combler notre frustration 😉 J’ai ainsi pu goûter au Thé à la Menthe Noura – avec des pignons de pin, et nous nous sommes régalées d’un assortiment de pâtisseries Baklawa & de sorbets Pistache/Fleur d’Oranger/Datte. Il ne s’agissait que d’un simple Tea Time « sur le pouce », et nous avons pu papoter un moment avant que je n’enchaîne avec la partie (2) & que Gradya n’entame la partie (1).

Escale (4) – Le jardin éphémère – sur le parvis de l’IMA.

Commencons par une introduction en 2 points :

  • « Le jardin »Arable » de Michel Péna & l’anamorphose de François Abélanet. Pour imaginer le jardin, le paysagiste Michel Péna s’est librement inspiré de l’agriculture orientale. Le parvis, par sa minéralité, est comparable aux espaces désertiques qui imposent de nombreux artifices pour créer une nature accueillante. Le jardin raconte une végétation généreuse, la rareté de l’eau, la chaleur du climat, la minéralité des espaces. Jardin-manifeste, il prouve combien les « jardins suspendus » restent profondément modernes et peuvent apporter plaisir et sensibilité au coeur des grandes métropoles. » 
    * Source : Institut du Monde Arabe
  • « Qu’est-ce qu’une anamorphose ? L’anamorphose est un art en trompe-l’oeil  qui détourne les régles de la perspective. Utilisée depuis la renaissance, elle s’appuie sur des effets d’optique pour modifier notre perception de l’espace. Le sujet, objet anamorphosé, retrouve ses proportions d’origine quand on le regarde sous un certain angle. Comment voir l’anamorphose ? De là, l’anamorphose prend la forme d’un polygone étoilé  fait de 32 fractacles végétales de tailles et de couleurs différentes, composées de 6600 plantes vivaces de 12 variétés, entourant un bassin. Image parfaite, le polygone étoilé réunit dans une même forme géométrique le cercle, symbole du divin et de l’infini, et le carré, représentant la terre & la création. »
    * Source : Institut du Monde Arabe

J‘ai eu beaucoup de plaisir à me promener dans ce Jardin Ephémère qualifié d’oasis urbaine, faisant l’effet d’un ilôt où le temps s’arrête pour laisser la végétation déployer tout sa beauté. Et pour cause, il a été pensé de sorte que le luxe, le calme & la volupté y bercent les échanges &  les rencontres – au rythme d’une retraite – loin de la ville. Si la Buvette rencontrait un franc succès par ce Samedi après-midi, elle accompagnait merveilleusement bien la dynamique se dégageant du Jardin Ephémère. Mais je suis tout même restée sur ma faim ! J’aurais préféré découvrir toute subtilité propre à la variété dessinant si bien l’intrigante richesse de la végétation – de manière plus éducative.

… Je dois vous avouer que j’aurais tout simplement adoré y retourner pour re-goûter à cette belle quiétude 😉

En consultant la revue BeauxArts dédiée à l’exposition, j’ai donc pu retrouver la composition du Jardin Ephémère : (Arbres) Oranger nain/Grenadier commun/Cyprès d’Italie/Olivier/Palmier-Dattier/Figuier comestible. (Plantes) Santoline/Hysope à fleur bleue/Agapanthe africaine/Crassula/Sauge de Russie/Aloès/Gaura/Thym commun/Abelia à grandes fleurs/Scabieuse noire/Immortelle d’Orient/Callistemon/Oeillet des  Chartreux/Aurone/Oenothère/Rose souvenir de Louis Amade. Au total, il ne compte pas moins de  150 variétés de plantes & 1500 rosiers parfumés – pour une superficie de 2000m².

A noter : Si vous avez l’occasion de vous y rendre, je vous invite donc à consulter voire acquérir cette revue (8€) qui m’a semblé un juste milieu entre le catalogue et le simple dépliant de présentation de l’expostion.

Les petits « + » de Thé + Toi

  • A lire ! Je vous invite à jetez un coup d’oeil à cette présentation du projet d’architecture de l’Institut du Monde Arabe.
  • A ne pas manquer à l’Institut du Monde Arabe ! Notez que le dernier Atelier/Dégustation autour des Arômes de l’Orient – organisé par Palais des Thés, est programmé pour le Samedi 17 Septembre – de 14h30 à 15h30 ou de 16h30 à 17h30. Alors, ne manquez donc pas de réserver au 0140513814 – c’est gratuit, sous réserve qu’il reste encore quelques places 😉 Puis, un Ciné/Débat autour de « Pierre Rabbhi – au nom de la Terre«  réalisé par Marie-Dominique Dhelsing aura lieu le 6 Septembre, à 19h.
  • A ne pas manquer  – au Jardin des Plantes ! Il ne vous reste plus que quelques jours, alors ne manquez pas de vous rendre au Jardin des Plantes – avant le 12 Septembre – pour l’exposition « Aventures Botaniques en Orient« . Sinon, vous avez jusqu’au 15 Octobre – pour l’expostion « Les Plantes des Jardins d’Orient« .
  • Tea Time aux alentours ! Vous pouvez commencer par La Mosquée de Paris – au 39 Rue Geoffroy Saint Hilaire (5ème arr./Paris). Mais vous êtes également à 10-15 min. du quartier Mouffetard, je ne peux que vous conseiller de vous poser à la Maison des 3 Thés – au 1 Rue Saint-Médard (5ème arr./Paris), A l’Heure du Thé – au 23 Rue Lacépède (5ème arr./Paris) ou à L’Autre Thé – au 40 Rue Mouffetard (5ème arr./Paris). Puis, Sugar Plum Cake Shop semble avoir laissé place à l’Enclos de Ninon – au 68 Rue du Cardinal Lemoine (5ème arr./Paris).

… Allez, filez-y si ça n’est pas déjà fait et ne manquez pas les 2 prochains événémens !!!

Si vous avez eu l’occasion de vous y rendre, ne manquez pas de partager votre retour d’expérience avec moi 😉

Salutations théinées,

Addie. 

Laisser un commentaire